lundi 11 mars 2019

Bayern munich - Liverpool







Dans un huitième de finale assez fermé, Liverpool et le Bayern Munich, prudents, ont logiquement fait match nul ce mardi soir à Anfield.
Ce choc entre deux clubs historiques n'a pas tenu ses promesses. Alors que Niko Kovac disait qu'il était pratiquement impossible de voir un 0-0 lors de cette rencontre, en conférence ce presse d'avant match,   ce scénario a finalement eu lieu. Prudents, les Reds et les Bavarois ont semblé paralysés par l'enjeu de cette rencontre. Neuer et Alisson ont été décisif et ont réussi à préserver leurs buts durant ces 90 minutes.
Le premier quart d'heure a fait office de round d'observation. Les deux équipes ont réalisé quelques erreurs techniques les empêchant de se procurer des occasions. La première salve a été à l'actif des Reds. Manuel Neuer s'est montré décisif devant Mohamed Salah. Une minute plus tard, c'est le Bayern qui était proche de prendre les devants. Mis sous pression par Robert Lewandowski, Joël Matip a dévissé sa volée vers son but, mais Alisson Becker a sauvé les siens.

FC Barcelona - Lyon





Le 9 mars dernier, Samuel Umtiti a confirmé contre le Rayo Vallecano qu'il voyait désormais la lumière au bout du tunnel, après avoir surmonté ses ennuis au genou qui l'empêchaient de postuler régulièrement depuis le début de la saison au groupe du FC Barcelone, comme il l'a toujours fait depuis son arrivée en Catalogne à l'été 2016. Contre le Rayo, il s'agissait seulement de sa deuxième titularisation de l'année 2019, après celle sur la pelouse du stade Sanchez Pizjuán, où le Barça avait dompté le FC Séville (4-2) grâce notamment à un coup du chapeau de Lionel Messi, le 23 février. Maintenant, "Big Sam" sait qu'il doit travailler dur pour retrouver sa place de défenseur central gauche dans le 11 de départ du FC Barcelone, que son compatriote Clément Lenglet occupe désormais. Cependant, s'il existe quelqu'un prêt à fournir les efforts nécessaires pour atteindre ses rêves, c'est bien Samuel Umtiti.

Né à Yaoundé, la capitale du Cameroun, Samuel Umtiti et sa famille s'installent à Lyon quand il a deux ans. Il commence à taper dans le ballon dans la cour de l’école et il rejoint rapidement l’équipe de son quartier, Ménival. "Je l'ai rencontré quand il était tout petit", explique Roland Rimet-Mignon, ancien éducateur au club. L'arrivée d'Umtiti au Ménival FC, à seulement cinq ans, est une étape naturelle. "Il a pris sa licence chez nous parce que son école se situait juste en face du club. Comme il était déjà passionné de football, il s’est inscrit tout simplement au Ménival FC", se souvient Rimet-Mignon. Il y joue attaquant, mais Ménival va changer sa vie, bien qu'il ne devienne défenseur central qu'en intégrant l'Olympique Lyonnais.
Parce qu'à l'âge de huit ans, Umtiti est déjà un crack. Régis Molouba, responsable de l'académie du Ménival FC, évoque les sensations qui l'ont envahies lorsqu'il a vu pour la première fois le diamant brut dont on lui avait déjà tant parlé : "Quand j’ai vu Samuel jouer, je me suis dit : ce jeune ne peut pas rester ici, il est déjà au-dessus du lot". Samuel n'est même pas encore adolescent, mais Molouba estime qu’il est prêt à se mesurer aux meilleurs jeunes de la région. "J'ai fait les démarches pour que les entraîneurs de l’OL ne perdent pas de vue Umtiti". Ils ne l'ont pas fait.

FC Barcelona - Lyon